La spiruline, mini-algue mais super pouvoirs - Le Sportif

La spiruline, mini-algue mais super pouvoirs

Fan de la spiruline, Bernard Dufour est de ces sportifs qui l’ont totalement intégrée à leur quotidien. Mais pourquoi en consomme-t-il ? Pour quels bienfaits ? Comment la préfère-t-il ? À quelques jours de la Trans 333 en Mauritanie, il raconte.

A 50 ans, le sport a toujours fait partie de la vie de Bernard : de la natation au marathon, du triathlon à « l’ultra », comme le marathon des Sables ou le canal de Nantes à Brest.

La Trans 333 en Mauritanie (333 km sans balisage, non-stop et en auto-suffisance) est une de ces courses exigeantes aux points de vue physiologique et psychologique : amplitudes thermiques importantes, grande lucidité indispensable pour s’orienter, etc. « Quand le corps est sollicité à ce point, la spiruline est le complément alimentaire idéal pour supporter l’effort hors norme et vite recharger les batteries. Cela m’aide aussi à rester vigilant, à éviter les erreurs et les chutes. »

Grand adepte, et en particulier de la spiruline produite par l’entreprise Olivier MicroAlgues (OMA), le coureur en consomme chaque jour 6 gélules pour supporter ses entraînements allant de 80 à 140 km par semaine, passant à 9 pour sa Trans 333. « Et dans le cadre d’une activité sportive régulière moins intense, elle aide à récupérer et éviter le coup de fatigue. 90% des triathlètes prennent de la spiruline pour supporter un effort continu de longue durée, et comme elle est pauvre en graisses, elle convient aussi aux personnes suivant un régime hypolipidique. »

Le conseil d’OMA : de 3 à 5 g par jour, voire un peu plus pour les sportifs, sans dépasser 10 g par jour.

La spiruline pousse naturellement dans certains lacs à travers le monde. Source de protéines, elle apporte aussi minéraux, Oméga-6, vitamines, oligo-éléments et antioxydants (bêta-carotènes, phycocyanines…). « Mais attention à la choisir de qualité car cette microalgue est très sensible à la pollution et capte tous les métaux lourds. » commente Bernard Dufour. « OMA la produit dans un environnement parfaitement maîtrisé, sous serre, que j’ai visitée d’ailleurs, et via un processus pointu de filtration. En plus, cela se passe en France, près de Nantes. »

Se faire plaisir avec un produit naturel et plein de couleur

La spiruline est consommée sous différentes formes adaptées au quotidien et aux envies de chacun : crue déshydratée en poudre, paillettes ou gélules, et fraîche en dosettes surgelée juste après la récolte. En course, Bernard Dufour privilégie les gélules, plus pratiques. Et, quand il ne court pas, il aime ajouter une cuillère à café de spiruline en poudre, dans un jus de pommes ou de légumes, pour varier les plaisirs. « Ou un glaçon de spiruline fraîche, produit proposé uniquement par OMA, et qui donne un côté « cocktail » sympa aux boissons. Quant au goût, réputé un peu fort, je le trouve plutôt fin au contraire, une autre signature qualité d’OMA. »

En savoir plus : OMA

Publi-rédactionnel

Vous aimerez aussi…

Pourquoi la Fédération Québécoise des Sports Cyclistes nous a choisis

Bien préparer son voyage à vélo avec François Guimard

Nordique des Crêtes 2019 : bravo Thibault Mondon !

Les bons côtés d’un voyage à vélo, par François Guimard

Pratiquer la course en autonomie

Bien préparer son voyage à vélo avec François Guimard

Vous aimerez aussi...

Suivez nos actualités